Les arnaques au colis non réclamés

Une nouvelle tendance de consommation a émergé ces derniers mois, consistant à acheter au kilo sur Internet des colis non réclamés (ou colis NPAI : « n’habite pas à l’adresse indiquée »). Les acheteurs sont séduits par l’aspect « hasard », avec l’espoir d’acquérir à moindre coût des articles de valeur (smartphones, produits de marque…). Résultat, de nombreux escrocs sévissent et se sont engouffrés dans la brèche en attirant les acheteurs via les réseaux sociaux.

Des sites douteux

Le magazine « 60 millions de consommateurs » relève de nombreux témoignages de personnes flouées, qui ont reçu de faux colis non réclamés contenant des articles sans valeur, voire rien du tout…

Deux sites sont particulièrement montrés du doigt : lostcolis.com (qui se présente comme le leader français alors que son siège social se trouve au Nouveau-Mexique) et colisperdus.com dont le siège est basé à Londres.

En outre, le magazine révèle que les conditions générales de vente (CGV) des deux sites sont « plus que parcellaires et écrites dans un langage peu juridique ».

A lire aussi : Fraudes sur Internet : quid du remboursement ?

Des publicités sur les réseaux sociaux

prélèvement bancaire
Attention avant d’acheter en ligne des colis non réclamés, vérifier les mentions légales du site

D’autres témoignages évoquent des arnaques plus sérieuses, comportant la souscription à des abonnements cachés. Ainsi, des personnes ayant commandé un colis ne l’ont jamais reçu mais bien plus se sont vues ponctionnées d’une somme non prévue sur leur compte bancaire.

La plupart de ces offres font l’objet de publicités sur les réseaux sociaux, notamment Facebook, avec des photos présentant des dizaines de lots de colis non réclamés. Des offres à moins de deux euros, qui jouent sur la corde sensible de l’ »anti-gaspillage » (les colis étant destinés à la destruction).

Bien souvent, les identités de grandes enseignes telles qu’Amazon sont usurpées par les fraudeurs, ce qui induit les acheteurs en erreur.

Conseils pour se prémunir

Pour éviter de tomber dans le piège, quelques mesures de prudence s’imposent lors d’un achat en ligne :

  • Se méfier des contenus sponsorisés sur les réseaux sociaux (des mots clés ont été achetés pour apparaître en tête de liste). Une méthode qui n’est pas frauduleuse, mais très utilisée par les escrocs ;
  • Consulter les mentions légales et CGV et s’assurer que les coordonnées sont françaises, l’adresse indiquée existante, avec un numéro de téléphone réel ;
  • Regarder les sites d’avis et d’alerte tels que Signal Arnaques ou Trustpilot, ou indiquer le nom du site suivi du mot « arnaque » dans les moteurs de recherche ;
  • Se méfier des offres trop alléchantes et être attentif tant au discours marketing qu’aux commentaires dithyrambiques et autres fautes d’orthographe, de syntaxe, nom de domaine douteux…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *