Plastiques : pas assez d’efforts dans la grande distribution

Changing Market Foundation a coordonné une enquête sur le plan européen avec le soutien de dix-sept associations nationales sur l’empreinte plastique de la distribution et le niveau d’engagement du secteur. Intitulée « Accros à l’emballage », les résultats s’avèrent plutôt « décevants ».

Une note de 13,1 sur 100

Cette étude a été menée dans 13 pays auprès de 74 distributeurs sur les trois aspects suivants : la performance et la transparence, les engagements, et le soutien à des politiques gouvernementales ambitieuses. Dans un communiqué, Changing Market Foundation indique que « la note moyenne globale obtenue pour l’ensemble des 74 distributeurs n’est que de 13,1 sur 100 ».

En France, ce sont les enseignes Carrefour et Biocoop qui obtiennent les meilleurs résultats, se classant respectivement 3e et 4e du classement européen, notamment du fait de leur engagement dans le réemploi.

Disparité selon les pays

Toutefois, les résultats sont hétérogènes d’un pays à l’autre pour les mêmes distributeurs. Par exemple, Carrefour qui est bien classé en France est noté zéro en Espagne. La faute à une « absence de politique cohérente en termes de développement durable sur le sujet des emballages plastiques », souligne le communiqué.

L’étude reproche également aux enseignes des mesures volontaires qui se résument en quelques actions ponctuelles, sans réelles mesures, qui contrastent avec les actions de communication menées. Au final, seule une minorité de produits est concernée et ne permet pas de réduire leur empreinte plastique globale.

Toutefois, il semblerait que les enseignes françaises soient plutôt bien situées dans le classement, probablement en raison d’une plus forte sensibilité de l’opinion en France et de l’impact positif de la loi anti-gaspillage pour l’économie circulaire et du Pacte signé avec le gouvernement sur les emballages.

Des efforts à faire

Les démarches mises en place restent cependant insuffisantes et les efforts sont à intensifier. Le rapport d’enquête (en anglais) suggère aux consommateurs d’interpeller les enseignes sur les réseaux sociaux, notamment en ce qui concerne les emballages superflus.

Le rapport indique en effet : « Nous croyons fermement que la réduction des plastiques ne devrait pas relever uniquement de la responsabilité du consommateur, mais plutôt faire partie d’un changement systémique dirigé par les législateurs et mis en œuvre par des entreprises telles que les supermarchés et les marques grand public. ».


Plastiques : pas assez d’efforts dans la grande distribution

Pour accéder à notre dossier « Energie », abonnez-vous !

Pour en savoir plus, consulter notre article dédié ici

Laisser un commentaire